Agnès et François Ruette

Reportage :

Respect d’une philosophie d’un élevage durable et solidaire, maintien d’une alimentation saine et équilibrée pour le troupeau et un respect naturel pour le bien-être animal... Ce sont ces pratiques et cet état d’esprit qui nous poussent tous les mois à partir à la rencontre de celles et ceux qui continuent à travailler durement pour vous proposer tous les jours de bons produits.

En ce mois d’Août, nous nous rendons dans l’exploitation d’Agnès et François Ruette, historiquement nommée La Ferme du Château, située à Gueutteville en Seine-Maritime, entre Rouen et Dieppe.




 

 








Nous arrivons sur place en fin de matinée, garons la voiture et chaussons les bottes. La rosée du matin a laissé des traces. Mieux vaut s’équiper !
Agnès, maîtresse des lieux,nous accueille chaleureusement et commence à nous faire visiter son élevage. Nous découvrons une exploitation typique du Pays de Caux et son magnifique corps de ferme. En son sein, nous faisons connaissance, avec nos yeux d’enfants, avec les petits veaux nouvellement nés et installés dans des enclos individuels. Puis nous nous approchons des bœufs, et des taurillons. Et retrouvons les vaches dans le pré. Elles sont bien curieuses et s’approchent bien près de notre objectif !

Installée avec son mari depuis 1986, Agnès nous donne quelques informations quant à la physionomie de son élevage. Son troupeau est majoritairement composé de Race Normande. Enfin presque... Quelques Charolaise, Limousine ou croisées par ci par là.  








Adhérente à l’Association des Éleveurs de Race Normande de Haute-Normandie, nous travaillons avec l’exploitation depuis une année environ. Le processus de sélection des animaux suit le même cheminement qu’avec les autres élevages. Agnès et François nous contactent par le biais de Samuel Journée et la visite de l’élevage s’effectue dans la foulée. Nous accordons une grande importance à la conformation de l’animal, son âge, le nombre de vêlage et son alimentation afin d’obtenir le meilleur rendement musculaire possible. Plus la note qu’obtiendra la carcasse à l’abattoir sera élevée, plus la plus-value touchée par l’éleveur sera importante. C’est une notion d’excellence qu’Agnès et François apprécient.

Le cahier des charges mis en place avec les éleveurs de la filière garantit, de surcroît, un transport des animaux la nuit ou au matin très tôt et un abattage le jour même afin de générer le moins de stress possible. Cette notion est importante à nos yeux – et vitale aux yeux de l’éleveuse - pour garantir aux éleveurs un suivi optimalde leurs animaux. Au-delà de l’approche sentimentale que peut entretenir un éleveur avec ses bêtes, n’oublions pas que les dernières étapes de la fin de vie de l’animal sont les plus importantes afin de garantir une viande de qualité, tout en étant respectueux du soin apporté par l’éleveur à soigner son animal.


Le respect du bien-être animal n’est pas qu’une simple ligne dans notre cahier des charges. C’est l’assurance apportée aux clients – professionnels et particuliers - d’une viande de qualité élevée et abattue dans des règles strictes.

Nous discutons des projets en cours, de la possibilité pour tous de commander en ligne les viandes issues de son élevage sur la boucherie Bœuf l’Éclair.com et de notre travail de sensibilisation auprès des restaurateurs et des collectivités locales. Oui, car le projet Normandie Viande Héritage va bien au-delà d’un simple circuit de commercialisation. C’est toute une filière que nous animons et valorisons au quotidien afin de permettre à tous les acteurs une rémunération au plus juste et de garantir des produits de qualité.

Agnès et François non plus ne manquent pas de projets. Le couple accompagne actuellement leur fils Nicolas, qui a rejoint l’exploitation il y a un an, dans son projet d’élevage ovin avec la construction d’un bâtiment en cet été 2017 pour accueillir ses bêtes. Jamais à court d’idées, nos éleveurs se lancent également dans une activité de meunerie. N’ayez crainte, ils ne délaissent pas pour autant ses vaches qu’ils aiment tant. Et cela fait une occasion de plus de revenir prochainement lui rendre visite pour goûter sa farine ! Dans son corps de ferme rénové avec goût, Agnès nous explique qu’ils tiennent une chambre d’hôtes. Les Ruette apprécient beaucoup les échanges avec leurs visiteurs. Ils les initient au quotidien de la ferme et les sensibilisent sur le bien-être animal.

Nous nous quittons en terminant notre entrevue par la fameuse étape du portrait auquel Agnès et François se prêtent volontiers.

A très bientôt pour un nouveau reportage !

(Nb : Rappelons que le niveau de plus-value reversée à l’éleveur par notre filière Normandie Viande Héritage dépend de la note donnée à la carcasse par l’abattoir. Meilleure note la carcasse obtiendra, meilleure en sera le niveau de plus-value. Ainsi, un bon engraissement et une alimentation saine et équilibrée sont récompensés, ce qui favorise par la même occasion le bien-être de l’animal.)