L’EARL du chêne du lai

En cette rentrée de Septembre, nous ne pouvions pas passer à côté des nouveaux venus parmi les partenaires de « Normandie Viande Héritage », l’EARL du chêne du lai tenue par Muriel et Arnaud Debou, nos deux éleveurs que nous mettons ce mois-ci en avant dans notre reportage mensuel « Les Éleveurs à l‘Honneur ».

 

Notre courageux couple d’éleveur fête en 2015 les 20 ans de la reprise de l’exploitation familiale (du côté d’Arnaud). Conservation d’une philosophie d’un élevage durable et solidaire, maintien d’une alimentation saine et équilibrée pour toutes les vaches du troupeau et un respect naturel pour le bien-être animal... Ce sont ces pratiques et cet état d’esprit qui nous poussent tous les mois à partir à la rencontre de celles et ceux qui continuent à travailler durement pour fournir dans vos assiettes de bons produits.

 

L’exploitation de Muriel et d’Arnaud se situe dans l’Eure, à Serquigny, entre les villes de Bernay et le Neubourg. Après une heure de route à écouter une interview touchante d’éleveurs en difficulté dans « Les Pieds Sur Terre » sur France Culture, nous savons que l’actualité du moment ne laisse aucun éleveur indifférent.

 

 

En arrivant sur place, nous sommes frappés par la proximité entre l’exploitation et les pâturages. Une simple route à franchir et les bêtes se retrouvent sur une plaine de 10 hectares herbagers entourés de pommiers. Un coin calme, tranquille pour un élevage sans stress. Les bêtes sont à l’extérieur, broutant machinalement une herbe bien verte qui n’a pas, cette année, trop souffert de la canicule...

 

Nous garons le véhicule sur le parking d’une jolie maison traditionnelle de campagne jouxtant l’exploitation. On enfile les bottes, on règle l’appareil photo et nous rejoignons au pas de course Arnaud que l’on entend au loin dans l’un de ses véhicules d’exploitation.

 

C’est la première fois que nous nous rencontrons. Samuel, lui, de l’Association des Éleveurs de Race Normande de Haute-Normandie, les a rencontrés plusieurs fois. C’est d’ailleurs par son intermédiaire que nous faisons ce reportage sur cette exploitation. L’animal que nous avons récupéré chez Arnaud et Muriel sur notre ramassage du Mois d’Aout a obtenu une note exceptionnelle. Nous sommes curieux de connaître leur secret.

 

Arnaud et Muriel que nous finissons par trouver non loin de l’étable nous accueillent à bras ouverts. Nous commençons à discuter et la conversation tourne rapidement et naturellement autour des sujets qui font l’actualité. Comment les oublier ? Prix du lait, manifestations et blocages, montant des charges, manque de souplesse, investissement, Europe... De nombreux sujets sont communs à nos deux activités.

 

Nous présentons à nos nouveaux partenaires la vocation et les objectifs de « Normandie Viande Héritage » et le récent développement de la Boucherie en Ligne Bœuf l’Éclair. Ce projet les séduit et ils nous avouent regretter de ne pas avoir connu « NVH » avant l’été 2015.

 

Après 45min de discussion, Arnaud et Muriel nous invitent à nous installer et à partager un café en leur compagnie pour nous décrire l’exploitation et ses particularités.

 

 

Ils se partagent à 50/50 la propriété de l’exploitation. La majorité de l’activité est tournée vers le lait avec un volume avoisinant les 50 000 litres à l’année. Un joli score pour 80 Vaches laitières dont 95% de Race Normande qui s’attèlent tous les jours à donner un bon lait, riche en protéines.

 

L’exploitation est également « polyculture élevage », c’est-à-dire que notre couple d’éleveurs cultive plusieurs espaces de plantes et légumes afin de compléter l’alimentation des bêtes.

 

Elles sont ainsi nourries quotidiennement, deux fois par jour, avec une alimentation comportant betteraves crues, ensilage de maïs, pulpe de betterave et paille à volonté. Un repas complet et équilibré que les bêtes apprécient. Notre éleveur pense même à essayer un nouveau type d’alimentation, à base de poudre de Cacao. Apparemment très riche en protéines, il nous invitera à repasser si ses tests sont concluants. La suite au prochain épisode...

 

9 mois sur 12 à l’herbe, les vaches vivent dans une exploitation paisible ou le dicton « Faire mieux plutôt que toujours plus » décrit avec une simplicité efficace le climat dans lequel notre couple vit au quotidien. Arnaud et Muriel souhaitent transmettre quelque chose à la génération future. Travailler plus pour gagner plus n’est pas envisageable quand les 70 heures hebdomadaires sont largement dépassées. A deux personnes et demie sur l’exploitation, le travail ne manque pas. Ils sont d’ailleurs fiers de nous indiquer avoir trouvé une jeune fille à mi-temps pour les aider au quotidien. « Grâce à elle, nous avons réussi à nous éclipser 4 jours en vacance au début de l’été » ajoute Muriel.

 

Après cette entrevue, il est temps de prendre quelques clichés. Les vaches ne semblent porter que peu d’attention à notre présence même si quelques-unes d’entre elles sont très curieuses. Les vaches de Race Normande ont cette qualité. Vêtues de belles robes tachetées d’une nuance de noir et marron, elles sont également équipées de « lunettes » qui font leur particularité. Calmes, elles s’approchent d’un pas lourd et décidé vers l’objectif de l’appareil photo avant de prendre la pause.

 

Après avoir terminé notre reportage, c’est le moment que nos éleveurs apprécient le moins... L’étape du portrait ! Devant la maison, à l’écart du troupeau, Arnaud et Muriel acceptent d’être photographiés en compagnie de leurs veaux qui ne vont pas tarder à rejoindre les autres. Un joli moment pour terminer en douceur cette charmante entrevue.